7 solutions pour financer ses études supérieures

Sommaire

Les études supérieures peuvent très vite coûter cher, selon le diplôme visé, la renommée de l’école, sa localisation (notamment si tu veux faire des études à l’étranger ou dans une grande ville), etc. Mais ça ne devrait pas constituer un frein à tes ambitions ou à la réalisation de ton projet professionnel. Dans cet article, on te présente 5 moyens de financer tes études supérieures, afin que tu trouves la solution qui correspond le plus à ta situation.

#1 Financer ses études grâce à l’alternance

jeune étudiante qui discute avec un homme autour d'une table

L’alternance est une solution à envisager pour financer ses études supérieures. Tous les cursus et parcours de formation ne permettent pas de faire de l’alternance, mais si c’est le cas, on te recommande de le considérer.

L’alternance, c’est le fait d’être étudiant et salarié en même temps. Ton planning et ton quotidien est réparti entre des périodes en entreprises et d’autres en cours. Par exemple, sur un mois, tu pourrais être 1 semaine en cours et les 3 autres en entreprise. Le rythme défini dépend de ton contrat, de l’entreprise qui t’accueille et de ton école d’appartenance.

Les alternants de l’enseignement supérieur ne paient aucun frais de formation. C’est l’entreprise qui les emploie qui est en charge de tous les frais liés à leur scolarité. Ils ne déboursent donc aucun montant.

Un autre avantage de l’alternance c’est le fait d’être salarié : tu seras rémunéré pendant tes études et tu bénéficieras des mêmes avantages que les autres employés de la société (congés, tickets restaurants, prise en charge de certains frais de transport, etc.). En plus, c’est un bon moyen pour se professionnaliser : tu auras plusieurs mois, voire années d’expériences de terrain à valoriser sur ton CV !

Si tu considères l’alternance pour financer tes études, garde à l’esprit que c’est un mode de fonctionnement qui nécessite beaucoup d’autonomie et de se responsabiliser. Le rythme est plutôt soutenu et il faut être capable de réaliser tes missions au travail, tout en poursuivant les cours.

#2 Trouver un job étudiant pour payer ses études

jeune femme et jeune homme qui travaillent dans un restaurant

Le job étudiant est l’une des méthodes les plus anciennes qui existent pour financer ses études. C’est également une solution plutôt contraignante. Obtenir un job étudiant, c’est très bien, mais il faut trouver un emploi qui permet de garder un équilibre de vie sain (avoir du temps pour soi, en dehors des cours, par exemple).

Le premier avantage du job étudiant, c’est l’expérience : il permet de développer des compétences professionnelles mais aussi d’intégrer un nouveau milieu. C’est aussi très gratifiant d’avoir pu financer ses études grâce à sa propre détermination !

Le job étudiant peut se trouver durant l’été : c’est le cas de nombreuses personnes. Il permet de travailler sur des périodes consécutives longues et donc d’être plutôt bien rémunéré. D’autres étudiants choisissent de travailler toute l’année, mais plutôt à temps partiel.

Parmi les jobs occupés par les étudiants, on retrouve le baby-sitting, le tutorat, le travail en grande surface ou en fast-food, etc.

Trouver un job étudiant permet donc d’économiser de l’argent et de financer une partie (ou toute) de ses études supérieures. Envisager le job étudiant permet aussi d’accéder à des formations dont le tarif est élevé et ainsi d’avoir plus de choix de cursus.

Enfin, si tu dois faire un job étudiant, sache qu’il est possible d’aménager ton planning de cours à la fac lors de ton inscription. Ça peut te faciliter la vie et l’apprentissage !

#3 Faire un stage pour financer une partie de ses études

Pour financer tes études, tu peux également t’en remettre aux périodes de stage en entreprise. Les stages ne sont pas tous rémunérés mais la plupart le sont. Si le salaire minimum fixé par la loi te permet d’avoir environ 546€ par mois complet travaillé*, sache que tu peux tout à fait négocier ta rémunération de stagiaire.

La différence entre le stage et le job étudiant, c’est que tu n’es pas salarié : tu es stagiaire et la période ainsi que les missions sont fixées par une convention de stage tripartite. Ton établissement et tes enseignants seront là pour t’accompagner dans ta recherche et pendant ton activité de stagiaire. En cas de doute ou de question, tu pourras toujours te référer à l’équipe pédagogique.

Le stage constitue un bon moyen de t’assurer d’avoir des sous pour compléter le financement de tes études, ou d’économiser pour rembourser un éventuel prêt étudiant.

*Si tu travailles 35h par semaine et 4 semaines d’affilée, selon la rémunération minimum légale de 3,90€ par heure.

#4 La bourse une belle solution pour financer ses études

La bourse sur critères sociaux est également une solution à envisager pour financer tes études. Elle est accordée selon les revenus de tes parents et uniquement aux étudiants de moins de 28 ans. Pour pouvoir faire une demande de bourse, il faut respecter plusieurs critères et créer son dossier social étudiant.

Le montant de la bourse perçue varie selon les cas, certains étudiants sont simplement exonérés de la CVEC (contribution vie étudiante et de campus) tandis que d’autres perçoivent au-delà de 5 000€ pour une année académique.

Il existe également des montants complémentaires, notamment pour couvrir les frais de transports.

Si tu considères la bourse comme solution de financement, sache que les étudiants boursiers sont prioritaires lorsqu’ils cherchent des logements étudiants CROUS.

Il existe également d’autres types de bourses, qui permettent de financer une partie de ses études. C’est notamment le cas de l’aide au mérite : elle est versée uniquement aux étudiants boursiers qui ont obtenu la mention très bien au baccalauréat. Elle s’élève à 900€ versés sur 9 mois (100€/mois).

Les lycéens boursiers peuvent également percevoir une aide à la mobilité Parcoursup, s’élevant à 500 €. Elle sert surtout à démarrer ses études supérieures et n’est versée qu’une seule fois. Pour avoir cette aide, il faut se rendre sur https://www.messervices.etudiant.gouv.fr/envole/ ou se rapprocher du Crous de ton académie de résidence.

#5 Financer ses études à l’étranger avec une bourse spécifique

Enfin, il existe des bourses dédiées aux étudiants qui veulent réaliser une partie de leurs études à l’étranger. C’est notamment le cas de la bourse Erasmus + (programme d’échange universitaire inter-établissements). Pour l’obtenir, il faut en faire la demande un an à l’avance. Si tu es boursier, cette aide est totalement cumulable avec la bourse sur critères sociaux.

Tu peux également bénéficier d’une aide à la mobilité internationale si tu es boursier. Elle est de 400€ par mois et permet de réaliser des séjours d’études à l’étranger, qui durent entre 2 et 9 mois consécutifs. Pour en bénéficier, il faut te rapprocher du service relations internationales de ton établissement.

Il existe également des bourses délivrées par les conseils régionaux, pour les étudiants qui s’inscrivent dans des formations spécifiques (social, paramédical, etc.). Pour en savoir plus, n’hésite pas à demander à ton établissement ou te rapprocher de la collectivité dans laquelle tu es inscrit. Tu pourrais aussi bien être éligible au RME (revenu minimum étudiant).

Enfin, il existe l’aide à la mobilité master : 1 000 € sont alloués aux étudiants boursiers qui ont une licence et qui sont inscrits en master dans une autre région que celle où ils ont effectuée leurs études.

#6 Financer ses études avec un prêt à la banque

Une autre solution pour financer tes études, c’est le prêt bancaire. Certaines banques et établissements financiers proposent des prêts, sans caution ni conditions de ressources. C’est notamment le cas des prêts en dessous des 1 000€, qui peuvent servir à financer le matériel scolaire. Mais il existe aussi des emprunts plus importants, allant jusqu’à 20 000€ (généralement). C’est notamment le cas de :

  • la Société générale ;
  • le Crédit mutuel ;
  • le CIC ;
  • les banques populaires ;
  • les Caisses d’épargne ;
  • le Crédit Agricole ;
  • la Banque Postale ;
  • BFCOI (Réunion et Mayotte).

Avant de souscrire à un prêt, renseigne-toi bien sur les conditions et la durée imposées par la banque ou l’établissement financier.

Si tu as besoin d’un prêt plus conséquent que 20 000€ et que tu sais que tes proches ne pourront pas se porter garants, tu as la possibilité de souscrire à un prêt étudiant garanti par l’État. Là, c’est l’État qui se porte garant. Là encore, le montant est limité à 20 000€.

Pour choisir la banque auprès de laquelle tu souscriras un prêt, sache que les écoles ont souvent des partenariats avec les grands établissements bancaires. Les prêts ont un taux plutôt bas, ce qui permet de rembourser avec peu d’intérêts. C’est surtout le cas des grandes écoles ou des écoles de commerce, par exemple.

#7 Financer ses études grâce aux crowdlending ou crowdfunding

jeune femme qui réfléchit, assise à son bureau

Tu as déjà entendu parler des cagnottes ou du financement participatif ? Ils sont parfois proposés par des plateformes web de type fintech ou néobanques. Ce sont des pratiques qui permettent à plusieurs personnes de contribuer financièrement à un projet. Et ce projet, ça pourrait être tes études supérieures !

Le crowdlending

Il permet à l’étudiant de présenter son projet d’études à de potentiels prêteurs. Ce sont eux qui décident de participer et si le projet mérite d’être soutenu. Sur Edukys, par exemple, tu peux être mis en relation avec des prêteurs, en tant qu’emprunteur. Si ton projet est financé, tu devras signer un contrat valable sur le plan légal national.

Le crowdlending peut être une bonne alternative au prêt bancaire et te permettre de financer aussi ton loyer ou ton matériel de formation. Tu n’es pas obligé de t’en servir pour payer l’année scolaire, mais plutôt un matériel très coûteux, notamment. Comme pour le prêt bancaire, tu devras te renseigner sur le taux de remboursement, les conditions et bien lire le contrat.

Le crowdfunding

C’est le financement participatif, il est différent du crowdlending car il n’y a pas de remboursement. Il ne s’agit pas de prêt mais de don. Certaines écoles s’en sont vite saisies pour proposer cette alternative à leurs étudiants. L’EM Strasbourg, par exemple, a signé un partenariat avec KissKissBankBank (les pionniers du crowdfunding en France).

#8 Financer ses études quand on n’est pas boursier et en situation difficile

jeune femme qui travaille sur des documents à son bureau

Si tu n’es pas boursier, sache qu’il existe plusieurs moyens d’avoir des aides financières de la part de l’État. L’allocation spécifique annuelle pour étudiant en difficulté versée pendant 10 mois. 

Elle permet par exemple d’aider les étudiants non boursiers qui connaissent des difficultés financières durables et qui ne perçoivent pas de bourse sur critères sociaux. Si tu l’obtiens, tu seras exonéré des droits d’inscription et de sécurité sociale.

Par ailleurs, si tu te trouves dans une situation d’urgence ou période difficile, tu peux demander à recevoir une aide spécifique et ponctuelle. Il y a certaines conditions à respecter, comme le fait d’être étudiant en situation d’autonomie ou en rupture familiale. 

Cette aide permet de faire face aux problématiques et évènements graves qui surviennent en cours d’année universitaire. C’est le CROUS qui évalue la situation et la décision est prise en conservant l’anonymat de l’étudiant.

Enfin, il existe les bourses Talents, elles sont destinées aux étudiants qui préparent un concours d’entrée dans la fonction publique. Le montant de la bourse varie de 2 000€ à 4 000€. Le montant dépend de l’inscription (ou non) dans une classe prépa Talents, ce sont eux qui perçoivent le montant le plus élevé.

Aucune idée sur ton orientation ?

Tu souhaites gagner du temps dans ta recherche du graal ? Trouve la formation et la (grande) école de tes rêves grâce à Indy, notre expert de l’orientation.

Je cherche ma future école !

Plus une seconde à perdre ! Effectue ta recherche ou filtre par intérêt, ville… pour trouver, parmi toutes les écoles, TA future école !

Ces articles peuvent aussi t’intéresser 😉